Le Renouveau Spirituel_Part2: Le serpent de la Genèse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Renouveau Spirituel_Part2: Le serpent de la Genèse

Message par Admin le Dim 14 Juil 2013 - 20:18

Bonjour,
NB : les (*) montrent un lien cliquable; Exemple : Le serpent de la Genèse (*)

Nous avons connu, le désastre causé par La puissance du mensonge (*), l'image qu'elle véhicule du serpent est bien loin de sa réalité.

Certains voient un animal terrestre des champs, d'autres une incarnation de Satan, d'autres une possession démoniaque du serpent par Satan, d'autres un raisonnement rusé en l'homme.
Qu'en est il réellement et que dit à cet égard la Révélation du Seigneur Jésus-Christ donnée à ses saints apôtres et prophètes ?


Selon les textes, nous savons que Dieu après avoir crée et fait les cieux, fit la terre. Il y fit pousser la végétation, la peupla de tous les animaux, plaça l'homme et la femme dans le jardin en Éden et jugea son œuvre très bonne. Gen.1:31 (*) Dieu vit tout ce qu'il avait fait
et voici, cela était très bon.

Ensuite, Genèse 2:16 L’Éternel Dieu donna cet ordre à l’homme : Tu pourras manger de tous les arbres du jardin ; 17 mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras.
C'est alors que l'écriture nous présenta le serpent dans ce récit du livre de la [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Une interprétation littérale peut-elle prévaloir ici ?
Tentons d'y répondre.
• Le mot pluriel «animaux» chay (*) usité en Genèse 3:1 est aussi traduisible par «êtres vivants».
Cette expression se retrouve quand il est fait mention des chérubins et des séraphins qui sont des animaux célestes. Nous reviendrons sur cette révélation dans le détail.
• Le texte suggère par le mot chay qu'il ne s'agit pas ici de tous les reptiles remes (*) de la terre mais DU serpent, donc d'une créature unique faite par l'Éternel Dieu qu'il a doté de capacités supérieures à toutes les autres. Cette pensée est accentuée par l'usage de l'article défini «le».
• Le serpent est décrit rusé, il parle, il raisonne, il convainc. Dieu n'a doté aucun animal terrestre de l'usage de la parole, du raisonnement et de la persuasion en ressemblance à l'homme.

Il semblerait donc que l'on soit bien plus face à un style littéraire que l'on retrouve chez certains auteurs grecs tel que Ésope (*) avec ses fables (*) où les personnages sont en forme d'animaux (*).
Nous avons en exemple cet écrit de Jean de la Fontaine tiré des fables d'Ésope, le Corbeau et le Renard (*).

Cette forme littéraire exprimée dans la bible est la Parabole (*).

Certains se sont risqués dans la lecture littérale et ont abouti à des doctrines étrangères.
Le Branhamisme, fausse doctrine de la lecture littérale (*):
Une doctrine est née de cette interprétation littérale, c'est le Branhamisme (*), classé en secte par Vigi-secte, et qui va jusqu'à reconnaitre que le péché originel est un adultère manifesté par un coït entre le serpent (animal fort évolué en ressemblance de l'homme) et la femme. Sur ce point notons qu'un rapport sexuel entre un humain et un animal ne s'appelle pas un adultère mais une confusion selon l'expression biblique. Le péché de cette nature est la zoophilie. Ce terme était connu de Branham sous l'appellation de «bestialité».
Cette vision valida que suite à ce péché, il existe une lignée humaine propre au serpent et Caïn serait le premier fils biologique du malin.
Elle qualifie cette lignée «d'humanité maudite» et a fabriqué la doctrine fallacieuse de «la semence du serpent».
Cet enseignement est une hérésie de William Marrion Branham qui s'est égaré loin de la révélation de l'Esprit de Dieu le Père céleste.
Cette fausse doctrine explique qu'il y a une prédestination génétique naturelle en fils du diable ou en fils de Dieu et elle rejoint les visions erronées de «la prédestination au salut» en ce sens qu'avant avoir fait soit bien soit mal, on est déjà estampillé juste ou impie et celle de «la sécurité éternelle», en ce sens que nul ne peut perdre son salut.
Il serait, à cause des pièges de la lecture littérale, peu judicieux de voir un animal terrestre, doté non seulement de la capacité du langage et de la parole mais encore de celle du raisonnement, de la réflexion, de l'anticipation, du savoir, de la connaissance, de la persuasion, de la prise de position à tel point qu'il arrive à donner foi en lui. La femme a bien cru en ses paroles et a agi en conséquence.

Ainsi, cette narration montre que ce serpent est bien loin d'être un simple «animal terrestre, bipède, rusé, parlant» car il possède de multiples connaissances, une aptitude prononcée menant à la conviction, allant jusqu'à démontrer qu'il maîtrise des éléments spirituels que l'homme et sa femme ignorent.
Pour répondre à notre question, nous pouvons affirmer que la lecture littérale ne dévoilera pas le mystère et que nous sommes face à une vision dévoilée sous forme de parabole.

Pour découvrir ce que cache le texte examinons le détail de cette révélation.

Le serpent est le plus rusé des animaux des champs fait par l'Éternel Dieu. L'accent mis sur l'article défini le, exprime que cette créature est unique et exceptionnelle.
Certains textes disent " fin, avisé, prudent, astucieux, subtil ". Il existe pourtant ici un jeu de mots issu de l'hébraïsme car les humains sont ‘arowm « nus, dépouillés », alors que le serpent est ‘aruwm, « rusé, avisé ». Dans l'interprétation large on voit l'homme nu, dénué de sciences et de connaissance et le serpent revêtu de sciences et de connaissance.

Quand le texte dit que le serpent est le plus 'aruwm, c'est ambigu car dans une lecture positive on interprètera qu'il est « le plus sage, le plus prudent, le plus avisé », et dans une lecture négative on dira qu'il est « le plus malicieux, le plus fourbe, le plus sournois ».
Sa finesse se dénote dans son attitude, il sait que Dieu a donné un ordre mais il provoque le dialogue et le dirige afin de mener la femme précisément où il souhaite.
La femme finit par déclarer que Dieu a interdit de manger du fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin car ce serait mourir.
Le serpent rétorque «Vous ne mourrez point; 5 mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal

Attardons nous sur cette réponse du serpent qui se scinde en deux parties.
 ◘  La première partie revêt cette affirmation : «vous ne mourrez point»;
        Alors que l'Éternel Dieu a dit à l'homme «le jour où tu en mangeras, tu mourras».
        On observe deux pensées opposées.

 ◘  La seconde partie consiste dans une double révélation.
        ♦ La première sur Dieu ;
               Le serpent dévoile que Dieu sait certaines choses, qu'il n'a pas dévoilé à l'homme.
        ♦ La seconde sur les effets du fruit qui se décline en deux points.
              • Leurs yeux s'ouvriront,
              • Ils auront la science du discernement entre le bien et le mal et seront comme des dieux (Elohim).

Parenthèse explicative sur la source hébraïque du mot «Elohim» traduit par «dieu».
Le mot Elohim et sa signification (*):

Ce document constitue l’Appendice A du livre One God & One Lord: Reconsidering the Cornerstone of the Christian Faith (Un Dieu et Un Seigneur: Un Réexamen de la Pierre Angulaire de la Foi Chrétienne) (copyright 2003) par Christian Educational Services, un service de Spirit & Truth Fellowship International.
Vous pouvez utilisez des parties ou l’ensemble de ce document, aussi longtemps que vous en attribuez le crédit au livre One Lord & One God et au site internet [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


L’Ancien Testament
Genèse 1:1 Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. (Segond 1910)

1. Le terme pour « Dieu » est Élohim, mot qui en lui-même est de forme plurielle et qui, comme la plupart des mots, a plusieurs définitions. Il est utilisé sous cette forme plurielle pour désigner des « dieux » ou des « hommes investis d’une certaine autorité », et sous sa forme singulière pour désigner « Dieu », un « dieu » et un « homme investi d’une certaine autorité », comme un juge par exemple. Le lexique hébreux de Brown, Driver et Briggs, considéré comme étant l’un des meilleurs lexiques disponibles, définit comme usage premier du terme Élohim, le suivant: « dirigeants, juges, aussi représentant divin occupant une position sacrée ou reflétant la majesté et la puissance divine, êtres divins, êtres surhumains incluant Dieu et les anges, dieux.»
[1]

Élohim est traduit par « dieux » dans de nombreux versets. En Genèse 35:2, il est écrit, « Ôtez les dieux étrangers qui sont au milieu de vous », et en Exode 18: 11, il est dit, « Je reconnais maintenant que l’Éternel est plus grand que tous les dieux ». Le même mot est traduit par « juges » en Exode 21: 6; 22: 8 et 9 (Darby). En Psaumes 8:6, Il est traduit « anges » (Ostervald) ou « êtres célestes » (Bible du Semeur - note de bas de page). Il s’agit ici de son utilisation sous une forme plurielle, et il n’y a nulle évidence que ce mot est alors été perçu, par qui que ce soit, comme signifiant que ces « dieux » aient une quelconque forme de pluralité en eux-mêmes.

2. Élohim est également traduit au singulier pour désigner un « dieu » ou un « juge », et, lorsque cela est traduit de cette façon, il n’y pas l’ombre d’une « nature composé de plusieurs personnes » qui soit alors envisagée. Un exemple serait Exode 22: 20, où il est écrit, « Celui qui sacrifie à un dieu, si ce n’est à l’Éternel seul, sera voué à la destruction » (Darby). Un autre exemple serait Juges 6: 31 : « Si Baal est un dieu, qu’il plaide lui-même sa cause, puisqu’on a renversé son autel » (Segond 1910). En Exode 7: 1, Dieu dit qu’il a fait de Moïse un « dieu » (Élohim) pour Pharaon. En Juges 11: 24, le dieu païen Kemosh est appelé Élohim, et, en 1 Samuel 5: 7, le dieu païen Dagon est lui aussi appelé Élohim, cependant nul chrétien ne va conclure que ces dieux sont composés ou « uni-pluriels », pas plus qu’il ne conclura que le peuple qui les adoraient, pensaient que ces dieux pouvaient être qualifiés d’ « uni-pluriels ».

La manière dont l’on devrait traduire Élohim en 1 Samuel 2: 25 a fait l’objet de débat parmi les érudits bibliques. La question étant de savoir si, dans ce texte, Élohim fait référence à un juge humain ou à Dieu (C’est également vrai pour d’autres passages comme le montre des versions comparées de la Darby et de la Segond 1910). La version Martin rend Élohim par « juge ». Les versions ne s’accordent pas toutes entre elle, certaines choisissant de traduire Élohim pour désigner un homme, d’autres versions pour désigner Dieu lui-même. Le fait que des érudits bibliques et des traducteurs aient débattu pour savoir si dans certains cas le mot Élohim faisait référence à un homme ou à Dieu, montre de façon évidente que le mot en lui-même n’induit pas une idée inhérente de pluralité de personnes. Si c’était le cas, il ne pourrait pas être traduit par « dieu » dans le cas d’un dieu païen, ou par « juge » lorsqu’il fait référence à un homme. Les Écritures bibliques ne donnent nulle preuve qui permette de conclure que le mot hébreu Élohim contient de façon inhérente l’idée d’une nature composée.

3. Certains enseignent que le mot Élohim implique une unité composée quand il fait référence au vrai Dieu. Cela signifierait que le mot Élohim change ainsi de sens quand il s’applique au vrai Dieu et qu’ainsi le vrai Dieu est un être composé. Il n’y a nul évidence que cela soit vrai. Les premières personnes auxquelles on devrait faire appel pour obtenir une confirmation de cela, ce sont les juifs eux-mêmes. Quand nous étudions l’histoire et la langue des hébreux, nous découvrons qu’ils n’ont jamais compris Élohim comme impliquant en aucune façon une quelconque pluralité de Dieu. De fait, les hébreux étaient vivement opposés aux peuples et nations qui essayaient d’introduire une quelconque forme de polythéisme dans leur culture. Les rabbins hébreux ont débattus à l’extrême et ont écrit des volumes et des volumes de commentaires sur la Loi, cependant dans pas un seul de ces débats ils n’ont mentionnés une quelconque pluralité de Dieu. Ce fait, en lui-même, devrait être suffisant pour clore un tel débat.

Il n’y a pas de plus haute autorité en matière de langue hébraïque autre que celle du grand érudit hébreu, Gesenius. Il écrivit que la nature plurielle du mot d’Élohim avait une connotation d’intensification, était lié au pluriel de majesté et utilisé à des fins d’amplification. Gesenius affirma : « Que le langage ait complètement rejeté l’idée de pluralité numérique en Élohim (chaque fois que ce terme signifie un Dieu) est tout spécialement prouvé par le fait que ce mot est presque invariablement accompagné d’un attribut singulier ». [2]

Un pronom singulier est toujours utilisé avec le mot Élohim. Une étude de ce terme permet de prouver ce que Gesenius affirmait, c’est-à-dire qu’un attribut singulier (comme « Il » et non pas « Ils », ou « Je » et nous pas « Nous ») suit toujours Élohim. De plus, quand le mot Élohim est utilisé pour désigner autre chose que le vrai Dieu, il est compris comme singulier ou pluriel, jamais comme « uni-pluriel ». Il semblerait donc que ce soit clair: Dieu n’est pas « composé » et ceci en aucune façon. Il est le « seul Dieu » d’Israël.

Examinons dans le détail ces paroles du serpent.
◘ Sur la première partie des propos du serpent sur la Mort, on lit que Dieu Genèse 3:17 Il dit à l’homme : Puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t’avais donné cet ordre : Tu n’en mangeras point ! le sol sera maudit à cause de toi. C’est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie,18  il te produira des épines et des ronces, et tu mangeras de l’herbe des champs.19  C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris ; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière.
Nous savons que le corps de l'homme a été tiré de la poussière de la terre, retourner à la poussière c'est mourir.
► Le serpent est dans le faux car la Mort a véritablement frappé l'homme.

◘ Pour la seconde partie des propos du serpent, s'il semble à première vue évident que l'arbre qui se trouve au milieu du jardin et génère la Mort puisse être celui de la connaissance du bien et du mal, il n'en demeure pas moins que le mystère reste entier quant au fait qu'à ce stade de l'apprentissage de l'homme, il soit possible de connaitre les effets du fruit sur lui car il n'en a pas mangé.

Le serpent dit il la vérité sur Dieu et sur les effets du fruits ?
Faisons cette démonstration car certains considèrent que l'ensemble des propos du serpent sont faux.

• La narration nous apprends que la femme et l'homme mangèrent du fruit et Genèse 3:7 Les yeux de l’un et de l’autre s’ouvrirent, ils connurent qu’ils étaient nus
a) Leurs yeux s'ouvrent.
► Le serpent a dit vrai. Cette révélation est véritable.

• Dieu questionne l'homme Genèse 3:11 Et l’Éternel Dieu dit : Qui t’a appris que tu es nu ? Est-ce que tu as mangé de l’arbre dont je t’avais défendu de manger ?
Par ces deux questions, Dieu dévoile qu'Il sait que le moyen qu'avait l'homme pour posséder la connaissance de sa propre nudité était de manger du fruit de l'arbre.
Dieu sait effectivement que le fruit donne à l'homme et à sa femme la conscience de leur propre nudité et qu'il est précieux pour ouvrir l'intelligence. Cependant, il n'avait pas dévoilé ces choses à l'homme.
L'homme en effet ne savait pas qu'il était nu (Gen.2:25) car il ne retirait aucune honte de cette nudité. L'homme s'ignorait nu.
Notons aussi que par cette expression «Qui t'a appris» du verbe «apprendre (Acquérir des connaissances ou des compétences.)» au passé simple, nous reconnaissons que «manger du fruit» s'interprète en «recevoir un enseignement». Cet enseignement est spirituel et l'arbre s'observe comme étant un maître d'enseignement spirituel et son fruit la dispensation de ce savoir.
b) Dieu connaissait les effets du fruit sur l'homme.
► En cela aussi, le serpent a dit vrai. La révélation est véritable.


• Ensuite Genèse 3:22 L’Éternel Dieu dit : Voici, l’homme est devenu comme l’un de nous, pour la connaissance du bien et du mal. Empêchons-le maintenant d’avancer sa main, de prendre de l’arbre de vie, d’en manger, et de vivre éternellement.
c) L'homme par ce fruit devient comme des dieux pour la connaissance du bien et du mal. Dieu le confirme lui même.
► Sur ce point, le serpent a dit vrai. La révélation est véritable.


Sur ces trois assertions de notre seconde partie, le serpent a dit vrai. Les deux révélations sont vérités.

Il dit la vérité, de qui tient il cette vérité, comment peut il savoir avec une telle certitude que Dieu sait tout en connaissant les effets du fruit sur l'homme ?
On en déduit les affirmations suivantes :
♦ Il sait parce qu'il tient ces informations de la source même de la Vérité, c'est à dire l'Éternel Dieu
♦ Tenant ces choses de Dieu, il ne peut ignorer l'ordre donné par Dieu à l'homme en Genèse 2.16
♦ Par conséquent, il a obligatoirement connu ces secrets AVANT sa rencontre avec la femme,
♦ Il savait pertinemment que si l'homme mange du fruit défendu, il meurt véritablement.

► Nous concluons que le serpent ne peut connaitre le mystère de l'Éternel Dieu et ce qui arrivera à l'homme et à la femme, que s'il a été dans le secret de l'Éternel Dieu. De ce fait en révélant les mystères cachés de l'Éternel Dieu, il démontre qu'il ne pouvait non plus ignorer que si l'homme mange du fruit, il meurt très certainement.

Nous avons précédemment déduit qu'il y a :
- Un Faux concernant la Mort,
- Des Vérités concernant la révélation que «Dieu sait», que «leurs yeux s'ouvriront», qu'ils «seraient comme des dieux, connaissant le bien et le mal».


De sorte qu'à propos de la Mort, là où nous avons vu du faux nous constatons que le serpent parle de son propre fonds, sans ignorer la volonté de l'Éternel Dieu et son plan pour l'homme.
Il donne volontairement une parole fausse et contraire à l'Éternel Dieu, donc il MENT sciemment.
Il se révèle du même coup meurtrier car il a désiré intimement, personnellement, consciemment la Mort de l'homme et de la femme en leur mentant sur les conséquences de leur acte car il savait que le fruit de l'arbre donnait la Mort.
La force de conviction dont il a fait preuve avec le mensonge pour mener la femme à croire en lui s'appelle la séduction et l'effet est la tentation. Le serpent se révèle être séducteur et tentateur.
► Nous pouvons conclure avec fermeté que le serpent est menteur et meurtrier.


Qui donc est le serpent ?
Les textes du Nouveau Testament dévoilent son identité et c'est Jésus qui donne la révélation la plus complète de ce mystère du livre de la Genèse, lorsqu'il répondit à des Juifs qui contestaient ses paroles.
Jn 8:44 Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds ; car il est menteur et le père du mensonge.

► Le serpent est donc le diable car dès le commencement il est meurtrier. Il est aussi le père du mensonge.

Il devint aussi celui qui détenait la puissance de la mort selon ce qui est écrit : Hébreux 2:14 Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang et à la chair, il y a également participé lui-même, afin que, par la mort, il anéantît celui qui a la puissance de la mort, c’est-à-dire le diable


Ainsi nous avons mis le doigt sur le premier antagonisme en Éden, qui n'est ni du fait de Dieu, ni du fait de l'homme, ni du fait de la femme, ni du fait la création visible et invisible mais du fait d'un seul : Le serpent c'est à dire le diable.
Le serpent s'est révélé être dans l'ensemble de la création visible et invisible le premier être qui s'oppose à la volonté de l'Éternel Dieu, en somme le premier adversaire dans la création.

Du fait qu'il n'existe aucun antécédent et aucun précédent de cette nature, il est non seulement le premier adversaire mais il se fait la source même de l'adversité et de l'opposition envers Dieu de sorte qu'il hérite du nom propre «Satan» qui signifie «adversaire».
On ne peut pas parler d'adversaire direct envers «Dieu, le Très Haut» car on est dans un rapport de Créateur à créature, mais il s'oppose à sa volonté et à son plan.
En se référant aux textes, la «guerre céleste» se situe au niveau de l'armée des cieux entre l'armée des anges saints menés par l'Archange Michel et la faction de l'armée dirigée par Satan et ses anges (dominations, autorités, princes, esprits méchant, démons).


Sous cette image du serpent, il y a donc véritablement une interprétation spirituelle à donner.
Plusieurs textes des prophètes et des sages parlent de lui mais sous forme cachée et en parabole :
Job révèle le Béhémoth (*), le léviathan créature des abîmes, la plus élevée des créatures.
Job 40 & 41 version épée 2004 (*):
15 Vois donc le Béhémoth, que j’ai fait aussi bien que toi; il mange l’herbe comme le bœuf;
16  Vois donc: sa force est dans ses flancs, et sa vigueur dans les muscles de son ventre.
17  Il remue sa queue semblable au cèdre; les tendons de ses hanches sont entrelacés.
18  Ses os sont des tubes d’airain, ses membres sont comme des barres de fer.
19  C’est le chef-d’œuvre de Dieu, son créateur lui a donné son épée.
20  Les montagnes portent pour lui leur herbe; là se jouent toutes les bêtes des champs.
21  Il se couche sous les lotus, dans l’ombre des roseaux et dans le limon.
22  Les lotus le couvrent de leur ombre, et les saules du torrent l’environnent.
23  Vois, le fleuve déborde avec violence, il n’a point peur; il serait tranquille quand le Jourdain monterait à sa gueule.
24  Qu’on le prenne à force ouverte! Ou qu’à l’aide de filets on lui perce le nez!

1 Tu tireras le Léviathan (Dragon) avec un hameçon? et tu serreras sa langue avec une corde?
2  Mettras-tu un jonc dans ses narines, perceras-tu sa joue avec un crochet?
3  T’adressera-t-il beaucoup de prières, et te dira-t-il de douces paroles?
4  Fera-t-il un accord avec toi, et le prendras-tu pour esclave à toujours?
5  En joueras-tu comme d’un oiseau, et l’attacheras-tu pour amuser tes filles?
6  Les associés en feront-ils commerce, le partageront-ils entre des marchands?
7  Perceras-tu sa peau d’un dard, et sa tête d’un harpon?
8  Mets ta main sur lui: tu te souviendras de la bataille, et tu n’y reviendras pas.
9  Voici, tout espoir de le prendre est trompé; à son seul aspect on est jeté à terre!
10  Il n’y a point d’homme si hardi qui l’ose réveiller; et qui se tiendra debout devant moi?
11 Qui m’a fait des avances, et je lui rendrai? Tout ce qui est sous les cieux est à moi.
12  Je ne me tairai pas sur ses membres, sur ses forces, et sur la beauté de sa stature.
13  Qui a soulevé le dessus de son vêtement? Qui est entré dans sa double mâchoire?
14  Qui a ouvert les portes de sa gueule? La terreur est autour de ses dents.
15  Ses puissants boucliers sont superbes; ils sont fermés, étroitement scellés.
16  Ils se touchent l’un l’autre, le vent ne passe point entre eux.
17  Ils sont adhérents l’un à l’autre; ils se tiennent, ils ne se séparent point.
18  Ses éternuements jettent un éclat de lumière, et ses yeux sont comme les paupières de l’aurore.
19  De sa bouche sortent des lueurs, et s’échappent des étincelles de feu.
20  De ses narines sort une fumée, comme d’un vase qui bout ou d’une chaudière.
21  Son souffle enflammerait des charbons, et une flamme sort de sa gueule.
22  Dans son cou réside la force, et la terreur marche devant lui.
23  Les fanons de sa chair sont adhérents; ils sont massifs, inébranlables.
24  Son cœur est massif comme une pierre, massif comme la meule de dessous.
25  Quand il se lève, les plus forts tremblent, ils défaillent d’effroi.
26  Quand on l’approche, l’épée ne sert à rien, ni la lance, ni le dard, ni la cuirasse.
27  Il regarde le fer comme de la paille, et l’airain comme du bois pourri.
28  La flèche ne le fait pas fuir, les pierres de la fronde sont pour lui comme du chaume;
29  Comme du chaume, la massue; il se rit du frémissement des javelots.
30  Son ventre a des tessons pointus: il étend une herse sur le limon.
31  Il fait bouillonner le gouffre comme une chaudière, il rend la mer semblable à un vase de parfumeur.
32  Il laisse après lui une trace brillante, on dirait sur l’abîme une blanche chevelure.
33  Il n’a pas son pareil sur la terre; il a été fait pour ne rien craindre.
34  Il admire tout ce qui est hautain; il est le roi de tous les hommes orgueilleux.
Le prophète Isaïe parle de lui en parabole.
Isaïe 14 (*):
4 Alors tu prononceras ce chant sur le roi de Babylone, Et tu diras : Eh quoi ! le tyran n’est plus ! L’oppression a cessé !
5  L’Éternel a brisé le bâton des méchants, La verge des dominateurs.
6  Celui qui dans sa fureur frappait les peuples, Par des coups sans relâche, Celui qui dans sa colère subjuguait les nations, Est poursuivi sans ménagement.
7  Toute la terre jouit du repos et de la paix ; On éclate en chants d’allégresse,
8  Les cyprès même, les cèdres du Liban, se réjouissent de ta chute : Depuis que tu es tombé, personne ne monte pour nous abattre.
9  Le séjour des morts s’émeut jusque dans ses profondeurs, Pour t’accueillir à ton arrivée ; Il réveille devant toi les ombres, tous les grands de la terre, Il fait lever de leurs trônes tous les rois des nations.
10  Tous prennent la parole pour te dire : Toi aussi, tu es sans force comme nous, Tu es devenu semblable à nous !
11  Ta magnificence est descendue dans le séjour des morts, Avec le son de tes luths ; Sous toi est une couche de vers, Et les vers sont ta couverture.
12  Te voilà tombé du ciel, Astre brillant, fils de l’aurore ! Tu es abattu à terre, Toi, le vainqueur des nations !
13  Tu disais en ton cœur : Je monterai au ciel, J’élèverai mon trône au-dessus des étoiles de Dieu ; Je m’assiérai sur la montagne de l’assemblée, A l’extrémité du septentrion ;
14  Je monterai sur le sommet des nues, Je serai semblable au Très-Haut.
15  Mais tu as été précipité dans le séjour des morts, Dans les profondeurs de la fosse.
16  Ceux qui te voient fixent sur toi leurs regards, Ils te considèrent attentivement : Est-ce là cet homme qui faisait trembler la terre, Qui ébranlait les royaumes,
17  Qui réduisait le monde en désert, Qui ravageait les villes, Et ne relâchait point ses prisonniers ?
18  Tous les rois des nations, oui, tous, Reposent avec honneur, chacun dans son tombeau.
19  Mais toi, tu as été jeté loin de ton sépulcre, Comme un rameau qu’on dédaigne, Comme une dépouille de gens tués à coups d’épée, Et précipités sur les pierres d’une fosse, Comme un cadavre foulé aux pieds.
20  Tu n’es pas réuni à eux dans le sépulcre, Car tu as détruit ton pays, tu as fait périr ton peuple : On ne parlera plus jamais de la race des méchants.
21  Préparez le massacre des fils, A cause de l’iniquité de leurs pères ! Qu’ils ne se relèvent pas pour conquérir la terre, Et remplir le monde d’ennemis ! —
22  Je me lèverai contre eux, Dit l’Eternel des armées ; J’anéantirai le nom et la trace de Babylone, Ses descendants et sa postérité, dit l’Eternel.
23  J’en ferai le gîte du hérisson et un marécage, Et je la balaierai avec le balai de la destruction, Dit l’Eternel des armées.
24 L’Eternel des armées l’a juré, en disant : Oui, ce que j’ai décidé arrivera, Ce que j’ai résolu s’accomplira.
25  Je briserai l’Assyrien dans mon pays, Je le foulerai aux pieds sur mes montagnes ; Et son joug leur sera ôté, Et son fardeau sera ôté de leurs épaules.
26  Voilà la résolution prise contre toute la terre, Voilà la main étendue sur toutes les nations.
27  L’Eternel des armées a pris cette résolution : qui s’y opposera ? Sa main est étendue : qui la détournera ?
28  L’année de la mort du roi Achaz, cet oracle fut prononcé:
29  Ne te réjouis pas, pays des Philistins, De ce que la verge qui te frappait est brisée ! Car de la racine du serpent sortira un basilic, Et son fruit sera un dragon volant.
30  Alors les plus pauvres pourront paître, Et les malheureux reposer en sécurité ; Mais je ferai mourir ta racine par la faim, Et ce qui restera de toi sera tué.
Ce texte fait mention de l'éclat qu'il avait au commencement, pour nous mener à ce qui lui advint suite à son iniquité. On le voit auparavant comme "un astre brillant, fils de l'aurore", d'où le nom de Lucifer (*). L'apôtre Paul fait encore allusion à lui disant qu'il se déguise en ange de lumière. 2Cor.11.14Et cela n'est pas étonnant, puisque Satan
lui-même se déguise en ange de lumière.

Dans le verset 29 d'Isaïe14 se découvre une fresque littéraire parcourant les millénaires que l'on examine dans le musée de la parabole qui retrace une histoire allant de la Genèse à l'Apocalypse.
Esaïe 14:29(b)...Car de la racine du serpent sortira un basilic, Et son fruit sera un dragon volant.
Isaïe peint le serpent, avec une déclinaison dans un basilic (serpent venimeux) pour aboutir à la représentation d'un dragon volant.
On a ici un condensé spirituel de représentations de Satan allant de la Genèse à l'Apocalypse.
Il était auparavant le chérubin protecteur (être vivant sage, serpent avisé), ensuite il devint le chérubin qui a péché (serpent qui empoisonne, le basilic, le serpent fourbe) pour finir par être vu en dragon volant dans les cieux car frappé de la malédiction de l'Éternel Dieu.

C'est ainsi que le livre de l'Apocalypse le révèle dans cette image du dragon rouge dans une vision prophétique qui rejoint celles d'Isaïe et d'Ézéchiel parlant de sa chute :
♦ Ap 12:9  Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé (*) le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui.
♦ Ap 20:2  Il saisit le dragon, le serpent ancien, qui est le diable et Satan, et il le lia pour mille ans.
Apocalypse 12 & 20 (*):
Apoc.12:1 Un grand signe parut dans le ciel : une femme enveloppée du soleil, la lune sous ses pieds, et une couronne de douze étoiles sur sa tête.
2  Elle était enceinte, et elle criait, étant en travail et dans les douleurs de l’enfantement.
3  Un autre signe parut encore dans le ciel ; et voici, c’était un grand dragon rouge, ayant sept têtes et dix cornes, et sur ses têtes sept diadèmes.
4  Sa queue entraînait le tiers des étoiles du ciel, et les jetait sur la terre. Le dragon se tint devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer son enfant, lorsqu’elle aurait enfanté.
5  Elle enfanta un fils, qui doit paître toutes les nations avec une verge de fer. Et son enfant fut enlevé vers Dieu et vers son trône.
6  Et la femme s’enfuit dans le désert, où elle avait un lieu préparé par Dieu, afin qu’elle y fût nourrie pendant mille deux cent soixante jours.
7  Et il y eut guerre dans le ciel. Michel et ses anges combattirent contre le dragon. Et le dragon et ses anges combattirent,
8  mais ils ne furent pas les plus forts, et leur place ne fut plus trouvée dans le ciel.
9  Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui.
10  Et j’entendis dans le ciel une voix forte qui disait : Maintenant le salut est arrivé, et la puissance, et le règne de notre Dieu, et l’autorité de son Christ ; car il a été précipité, l’accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit.
11  Ils l’ont vaincu à cause du sang de l’agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort.
12 C’est pourquoi réjouissez-vous, cieux, et vous qui habitez dans les cieux. Malheur à la terre et à la mer ! car le diable est descendu vers vous, animé d’une grande colère, sachant qu’il a peu de temps.
13  Quand le dragon vit qu’il avait été précipité sur la terre, il poursuivit la femme qui avait enfanté l’enfant mâle.
14  Et les deux ailes du grand aigle furent données à la femme, afin qu’elle s’envolât au désert, vers son lieu, où elle est nourrie un temps, des temps, et la moitié d’un temps, loin de la face du serpent.
15  Et, de sa bouche, le serpent lança de l’eau comme un fleuve derrière la femme, afin de l’entraîner par le fleuve.
16  Et la terre secourut la femme, et la terre ouvrit sa bouche et engloutit le fleuve que le dragon avait lancé de sa bouche.
17  Et le dragon fut irrité contre la femme, et il s’en alla faire la guerre aux restes de sa postérité, à ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus.


Apoc.20 :1 Puis je vis descendre du ciel un ange, qui avait la clef de l’abîme et une grande chaîne dans sa main.
2  Il saisit le dragon, le serpent ancien, qui est le diable et Satan, et il le lia pour mille ans.
3  Il le jeta dans l’abîme, ferma et scella l’entrée au-dessus de lui, afin qu’il ne séduisît plus les nations, jusqu’à ce que les mille ans fussent accomplis. Après cela, il faut qu’il soit délié pour un peu de temps.
4  Et je vis des trônes ; et à ceux qui s’y assirent fut donné le pouvoir de juger. Et je vis les âmes de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage de Jésus et à cause de la parole de Dieu, et de ceux qui n’avaient pas adoré la bête ni son image, et qui n’avaient pas reçu la marque sur leur front et sur leur main. Ils revinrent à la vie, et ils régnèrent avec Christ pendant mille ans.
5  Les autres morts ne revinrent point à la vie jusqu’à ce que les mille ans fussent accomplis. C’est la première résurrection.
6  Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection ! La seconde mort n’a point de pouvoir sur eux ; mais ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ, et ils régneront avec lui pendant mille ans.
7  Quand les mille ans seront accomplis, Satan sera relâché de sa prison.
8  Et il sortira pour séduire les nations qui sont aux quatre coins de la terre, Gog et Magog, afin de les rassembler pour la guerre ; leur nombre est comme le sable de la mer.
9  Et ils montèrent sur la surface de la terre, et ils investirent le camp des saints et la ville bien-aimée. Mais un feu descendit du ciel, et les dévora.
10  Et le diable, qui les séduisait, fut jeté dans l’étang de feu et de soufre, où sont la bête et le faux prophète. Et ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles.
L' Apocalypse nous donne confirmation de l'interprétation que nous avons faite du serpent révélant par ces deux versets qu'il est appelé (du Grec KALEO): le diable et Satan.
Ici, ce sont des noms propres, donc une entité céleste bien définie et bien déterminée et non pas une généralité allégorique représentant l'homme ou un homme ou un ensemble d'adversaires humains ou d'engagements hostiles et encore moins un raisonnement rusé en l'homme car on voit ici une entité céleste possédant des anges sous son autorité dont la résidence était dans les cieux d'où il fut précipité.
Cette guerre entre l'archange Michel et Satan a vu son issue au moment où Jésus a été crucifié, qu'il est mort et fut ressuscité trois jours après. C'est à la croix en effet, que Christ, par son sang versé, a triomphé Col.2:15 (*) des dominations, des autorités, des princes du monde de ténèbres, des esprits méchants, dans les lieux célestes Eph.6:12 (*) de sorte qu'au nom de Jésus, tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre, sous la terre et dans les mers.Phil.2:9-11 (*) (Dieu le Père est exclu bien entendu de cette soumission).
Nous croyons que la prophétie concernant la guerre entre Michel et Satan dans les cieux s'est accomplie et que Satan et ses anges ont déjà été précipité sur la terre et que nous sommes aujourd'hui dans la période où animé d'une grande colère et sachant qu'il a peu de temps, il prépare l'avènement de l'antéchrist final.
Jésus parlant de cette guerre disait: «Je voyais Satan tomber du ciel comme un éclair».[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

► Le serpent c'est le diable (*) celui qui est encore appelé Satan (*) (bis *).

Ainsi, du livre de la Genèse à l'Apocalypse, on passe sous plusieurs figures et appellations de ce chérubin jadis protecteur dans le Jardin d'Éden et qui a péché :
Le serpent, le Léviathan (*) (dragon,serpent), le grand crocodile, le grand dragon (grand serpent), l'adversaire, le calomniateur, le séducteur, le malin, le prince de ce monde, le père du mensonge, le prince de la puissance de l'air, le dieu de ce siècle.
L'expression «dieu de ce siècle» est tiré de l'enseignement de l'apôtre Paul :2 Cor.4:3  Si notre Évangile est encore voilé, il est voilé pour ceux qui périssent ;4  pour les incrédules dont le dieu de ce siècle a aveuglé l’intelligence, afin qu’ils ne vissent pas briller la splendeur de l’Évangile de la gloire de Christ, qui est l’image de Dieu. 5  Nous ne nous prêchons pas nous-mêmes ; c’est Jésus-Christ le Seigneur que nous prêchons, et nous nous disons vos serviteurs à cause de Jésus. 6  Car Dieu, qui a dit : La lumière brillera du sein des ténèbres ! a fait briller la lumière dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu sur la face de Christ.

Le mot grec usité pour le qualifier ici est théos<2316> (*) ce qui signifie "dieu".
L'apôtre Paul ne se trompe pas en le désignant ainsi car le mot dieu est un titre qui défini ce que l'on adore.
Sous l'ancien testament nous avons connu que Dagon était appelé aussi Elohim et l'idole des Israélites était appelé dieu Remphan.
Actes 7:

Bible Segond 21
© 2007 - Société Biblique de Genève   Vous avez porté la tente de Moloc et l'étoile de votre dieu Remphan, ces images que vous avez faites pour les adorer! Aussi, je vous déporterai au-delà de Babylone. (Actes 7:43)

Traduction King James Française
• 2006 - Libre de droit, Bible des Réformateurs   Oui, vous avez porté le tabernacle de Moloch, et l'étoile de votre dieu Remphan, des figures que vous avez faites pour les adorer; et je vous transporterai au-delà de Babylone. (Actes 7:43)

Bible des Peuples
© 2005 - Editions du Jubilé   Vous portiez la tente de Molok et l’étoile de Rafa votre dieu, les images que vous aviez faites pour vous incliner devant elles. C’est pourquoi je vous déménagerai au-delà de Babylone. (Actes 7:43)

Bible de l'Épée
• 2004 - Libre de droit, Edition TULIPE - Alliance Biblique Marginale   Vous avez porté le tabernacle de Moloch, et l'étoile à six pointes de votre dieu Remphan, des figures que vous avez faites pour les adorer; c'est pourquoi je vous transporterai au-delà de Babylone. . (Actes 7:43)

Nouvelle Bible Segond
© 2002 - Société Biblique Française   Vous avez porté la tente de Moloch et l'étoile de votre dieu Raiphân, ces figures que vous avez faites pour vous prosterner devant elles ! Aussi je vous exilerai au-delà de Babylone. (Actes 7:43)

Bible du Semeur
© 2000, Société Biblique Internationale   Non, vous avez porté la tente de Molok et l’astre de votre dieu Rompha, idoles que vous avez fabriquées pour vous prosterner devant elles. C’est pourquoi je vous déporterai plus loin que Babylone. (Actes 7:43)

Bible Parole de vie
© 2000 - Société Biblique Française   Non ! Mais vous avez porté la tente du dieu Molok. Vous avez porté l'étoile de votre dieu Réphan. Ce sont les objets que vous avez faits pour les adorer. C'est pourquoi je vous emmènerai prisonniers, plus loin que Babylone.” (Actes 7:43)

Traduction du Monde Nouveau
© 1995 - Watchtower Bible & tract society of Pennsylvania   Mais ce sont la tente de Molok et l’étoile du dieu Réphân que vous avez prises, ces figures que vous aviez faites pour les adorer. Aussi je vous déporterai au-delà de Babylone. ’ (Actes 7:43)

Bible en français courant
© 1982 - Société Biblique française   Non, mais vous avez porté la tente du dieu Molok et l'image de votre dieu-étoile Réphan, ces idoles que vous aviez faites pour les adorer. C'est pourquoi je vous déporterai au-delà de Babylone.” (Actes 7:43)

Bible à la Colombe
© 1978 - Alliance Biblique Universelle   Vous avez porté la tente de Molok Et l'étoile du dieu Rompha. Ces figures que vous avez faites pour les adorer ! Aussi je vous déporterai au-delà de Babylone. (Actes 7:43)

Bible Chouraqui
© 1977 - Editions Desclée de Brouwer   Vous avez dressé la tente de Molokh, votre Elohîms, et l’étoile de Rephân, les images que vous avez faites pour vous prosterner devant elles. Aussi je vous exilerai au-delà de Babèl. › (Actes 7:43)

Traduction Œcuménique de la Bible
© 1976 - Les Editions du Cerf   Vous avez porté la tente de Moloch et l'astre de votre dieu Rephân, ces images que vous avez faites pour les adorer. Aussi vous déporterai-je au-delà de Babylone. (Actes 7:43)

Bible de Jérusalem
© 1973 - Les Editions du Cerf   Mais vous avez porté la tente de Moloch et l'étoile du dieu Rephân, les figures que vous aviez faites pour les adorer; aussi vous déporterai-je par-delà Babylone. (Actes 7:43)

Traduction Pirot-Clamer / Liénart
© 1938-50 - Édition Letouzey & Ané / réédition Cardinal Liénart   Vous avez porté la tente de Moloch - et l'étoile de votre dieu Rompha, - les images que vous aviez faites pour les adorer! (Actes 7:43)

Traduction Louis Segond
• 1910 - Libre de droit   Vous avez porté la tente de Moloch Et l'étoile du dieu Remphan, Ces images que vous avez faites pour les adorer! Aussi vous transporterai-je au delà de Babylone. (Actes 7:43)

Bible Annotée de Neufchâtel
• 1899 - Libre de droit   Et vous avez porté le tabernacle de Moloch et l'étoile du dieu Rephan, ces images que vous avez faites pour les adorer. Aussi vous transporterai-je au delà de Babylone. (Actes 7:43)

Traduction Abbé Fillion
• 1895 - Libre de droit   Vous avez porté le tabernacle de Moloch, et l'astre de votre dieu Rempham, figures que vous avez faites pour les adorer. C'est pourquoi Je vous transporterai au delà de Babylone. (Actes 7:43)

Traduction John Nelson Darby
• 1885 - Libre de droit   Et vous avez porté le tabernacle de Moloch et l'étoile de votre dieu Remphan, les figures que vous avez faites pour leur rendre hommage; et je vous transporterai au delà de Babylone». (Actes 7:43)

Bible d'Ostervald
• 1881 - Libre de droit   Vous avez porté le tabernacle de Moloch, et l'astre de votre dieu Remphan, des figures que vous avez faites pour les adorer; c'est pourquoi je vous transporterai au-delà de Babylone. (Actes 7:43)

Traduction Albert Rilliet
• 1858 - Transcription DJEP 2013   en même temps que vous transportiez le tabernacle de Moloch et l'étoile du dieu Rompha, ces images que vous aviez faites pour les adorer? Eh bien, Je vous déporterai par delà Babylone. » (Actes 7:43)

Traduction David Martin
• 1744 - Libre de droit   Mais vous avez porté le tabernacle de Moloc, et l'étoile de votre dieu Remphan ; qui sont des figures que vous avez faites pour les adorer ; c'est pourquoi je vous transporterai au delà de Babylone. (Actes 7:43)

Nouveau Testament de Westcott & Hort
• 1881 [Grec] - Libre de droit   και ανελαβετε την σκηνην του μολοχ και το αστρον του θεου ρομφα τους τυπους ους εποιησατε προσκυνειν αυτοις και μετοικιω υμας επεκεινα βαβυλωνος (ΠΡΑΞΕΙΣ ΤΩΝ ΑΠΟΣΤΟΛΩΝ 7:43)
Cependant quoi que nous disons que Satan soit un dieu, «le dieu de ce siècle», nous disons par là que nous savons qu'il existe en créature céleste angélique mais nous n'avons pas foi en lui, c'est à dire en ses propos, en ses paroles. Nous ne lui vouons aucun culte et ne le reconnaissons point comme notre dieu, car nous savons qu'il est meurtrier et père du mensonge
De plus, nous n'ignorons pas que : 1Co 8:5  Car, s’il est des êtres qui sont appelés dieux, soit dans le ciel, soit sur la terre, comme il existe réellement plusieurs dieux et plusieurs seigneurs,6  néanmoins pour nous il n’y a qu’un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses et pour qui nous sommes, et un seul Seigneur, Jésus-Christ, par qui sont toutes choses et par qui nous sommes.

L'apôtre Paul révèle ici, qu'il y a réellement plusieurs "dieux" , le mot "dieu" est donc un titre comme celui usité sous l'ancien testament dans le nom de Elohim (Voir le spoiler plus haut à ce sujet).
Dieu le Père est le Dieu des dieux si l'on regarde sous cet angle.

Avant de conclure notre étude, nous souhaitons porter un éclaircissement avec deux questions fréquemment posées.
I] Le serpent existait-il déjà en qualité de Satan bien longtemps avant qu'il ne vienne séduire la femme ?
Certaines thèses veulent placer la chute de "l'ancien chérubin jadis oint d'Ézéchiel 28" bien avant la création de l'homme et de la femme.
Cette vision nous parait erronée et infondée compte tenue du fait qu'il règne une "paix spirituelle" manifestée par les propos de Dieu disant "Cela était très bon".
Donc avant la création de l'homme et de la femme le chérubin n'est pas encore le Satan.
Nous pensons qu'il le devint au cours de Genèse 3:1 et avant la séduction de la femme car le mot ‘aruwm, dans son interprétation positive se lit en « le plus sage, le plus prudent ».
A cause de cela, le texte suggère que le serpent devint adversaire ou le Satan pendant cette période, après que l'Éternel Dieu eut tout crée et que le premier couple soit formé.
C'est à ce moment précis qu'il s'est servit de sa sagesse, du pouvoir reçu par Dieu, afin de détruire l'homme et sa femme et les mener à la mort.
Le livre d'Ézéchiel au chapitre 28 nous le présente dans la prophétie_parabole adressée au "roi de Tyr".
Ézéchiel 28 (*):
11 La parole de l’Éternel me fut adressée, en ces mots:
12  Fils de l’homme, Prononce une complainte sur le roi de Tyr ! Tu lui diras: Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Tu mettais le sceau à la perfection, Tu étais plein de sagesse, parfait en beauté.
13  Tu étais en Éden, le jardin de Dieu ; Tu étais couvert de toute espèce de pierres précieuses, De sardoine, de topaze, de diamant, De chrysolithe, d’onyx, de jaspe, De saphir, d’escarboucle, d’émeraude, et d’or ; Tes tambourins et tes flûtes étaient à ton service, Préparés pour le jour où tu fus créé.
14  Tu étais un chérubin protecteur, aux ailes déployées ; Je t’avais placé et tu étais sur la sainte montagne de Dieu ; Tu marchais au milieu des pierres étincelantes.
15  Tu as été intègre dans tes voies, Depuis le jour où tu fus créé Jusqu’à celui où l’iniquité a été trouvée chez toi.
16  Par la grandeur de ton commerce Tu as été rempli de violence, et tu as péché ; Je te précipite de la montagne de Dieu, Et je te fais disparaître, chérubin protecteur, Du milieu des pierres étincelantes.
17  Ton cœur s’est élevé à cause de ta beauté, Tu as corrompu ta sagesse par ton éclat ; Je te jette par terre, Je te livre en spectacle aux rois.
18  Par la multitude de tes iniquités, Par l’injustice de ton commerce, Tu as profané tes sanctuaires ; Je fais sortir du milieu de toi un feu qui te dévore, Je te réduis en cendre sur la terre, Aux yeux de tous ceux qui te regardent.
19  Tous ceux qui te connaissent parmi les peuples Sont dans la stupeur à cause de toi ; Tu es réduit au néant, tu ne seras plus à jamais !
On reconnait que ce texte fait allusion a un chérubin.
Les chérubins sont des créatures célestes du monde invisible. On retrouve plus d'informations sur ces entités célestes dans l'étude sur le Vol du Séraphin (*).
Dans ce texte on le voit en qualité de chérubin en Éden dans le jardin de Dieu et il était plein de sagesse, ce qui nous rappelle le serpent sage, prudent, avisé, parfait en beauté car il a été le plus sage de tous.
Cette appellation en titre de «chérubin protecteur» lui a conféré un rôle de gardien auprès de l'homme et de la femme.
Il semblerait même, qu'avant sa chute, qu'il fut placé par Dieu dans le jardin, comme «gardien» pour veiller sur l'homme et sa femme et veiller à leur apprentissage.
On comprends donc pourquoi il était en Éden le Jardin de Dieu...Éz.28:13 (*), il connaissait si parfaitement le secret ou le mystère de Dieu, pourquoi il était aussi avisé des choses concernant l'arbre de la connaissance du bien et du mal, pourquoi il a eut la confiance de la femme.
Dans le discours de la femme en Genèse 3 :13, nous lisons, Et la femme dit: Le serpent m’a trompée, et j’ai mangé. Donc la femme connaissait le chérubin, il n'était pas pour elle un étranger, mais elle reconnait avoir été trompé et dupé par ce dernier. Celui qui trompe est celui qui abuse de la confiance d'autrui, se sert de l'innocence de l'autre afin de l'asservir au mal.
C'est pourquoi l'on comprends aussi la sévérité du jugement envers le serpent par l'Éternel Dieu.

Le texte nous montre que dans cette fonction de gardien et de protecteur attribuée dans le jardin d'Éden, il a péché selon «Ez.28:15 l’iniquité a été trouvée chez toi.»
Là où l'iniquité surgit c'est dans ce chérubin, c'est lui qui se révèle être le premier adversaire dans la création.

II] Pourquoi donc cette métaphore du serpent dans le livre de la Genèse ?
Une première réponse : Le texte de la Genèse est attribué à Moïse et ce dernier a été élevé de son enfance jusqu'à l'age de quarante ans dans toute la sagesse des Égyptiens. Actes 7:22Moïse fut instruit dans toute la sagesse des Égyptiens,
et il était puissant en paroles et en œuvres.

Le livre des morts du tombeau des Égyptiens nous relate l'épisode des dieux de l'Égypte et le dieu du mal et du chaos était le grand serpent Apophis (*).
On peut penser que cette image du serpent est tiré de la religion Égyptienne dont Moïse connaissait parfaitement les fondements.

En seconde réponse : Le livre d'Ézéchiel nous révèle que les chérubins sont vus en forme d'animaux.
Nous retrouvons ici le même mot «chay» utilisé pour animaux en Genèse 3:1. Donc Ézéchiel voit des «animaux célestes», certaines versions disent des «êtres vivants». Ne pas confondre cependant les chérubins avec les séraphins qui sont aussi appelés "êtres vivants" (Voir notre étude sur Le vol du séraphin (*)).
Les Chérubins, des animaux célestes (*):
Ézéchiel 1:5  Au centre encore, apparaissaient quatre animaux, dont l’aspect avait une ressemblance humaine.
6  Chacun d’eux avait quatre faces, et chacun avait quatre ailes.
7  Leurs pieds étaient droits, et la plante de leurs pieds était comme celle du pied d’un veau, ils étincelaient comme de l’airain poli.
8  Ils avaient des mains d’homme sous les ailes à leurs quatre côtés ; et tous les quatre avaient leurs faces et leurs ailes.
9  Leurs ailes étaient jointes l’une à l’autre ; ils ne se tournaient point en marchant, mais chacun marchait droit devant soi.
10  Quant à la figure de leurs faces, ils avaient tous une face d’homme, tous quatre une face de lion à droite, tous quatre une face de bœuf à gauche, et tous quatre une face d’aigle.
11  Leurs faces et leurs ailes étaient séparées par le haut ; deux de leurs ailes étaient jointes l’une à l’autre, et deux couvraient leurs corps.
12  Chacun marchait droit devant soi ; ils allaient où l’esprit les poussait à aller, et ils ne se tournaient point dans leur marche.
13  L’aspect de ces animaux ressemblait à des charbons de feu ardents, c’était comme l’aspect des flambeaux, et ce feu circulait entre les animaux ; il jetait une lumière éclatante, et il en sortait des éclairs.
14  Et les animaux couraient et revenaient comme la foudre.
15 Je regardais ces animaux ; et voici, il y avait une roue sur la terre, près des animaux, devant leurs quatre faces.
16  A leur aspect et à leur structure, ces roues semblaient être en chrysolithe, et toutes les quatre avaient la même forme ; leur aspect et leur structure étaient tels que chaque roue paraissait être au milieu d’une autre roue.
17  En cheminant, elles allaient de leurs quatre côtés, et elles ne se tournaient point dans leur marche.
18  Elles avaient une circonférence et une hauteur effrayantes, et à leur circonférence les quatre roues étaient remplies d’yeux tout autour.
19  Quand les animaux marchaient, les roues cheminaient à côté d’eux ; et quand les animaux s’élevaient de terre, les roues s’élevaient aussi.
20  Ils allaient où l’esprit les poussait à aller ; et les roues s’élevaient avec eux, car l’esprit des animaux était dans les roues.
21  Quand ils marchaient, elles marchaient ; quand ils s’arrêtaient, elles s’arrêtaient ; quand ils s’élevaient de terre, les roues s’élevaient avec eux, car l’esprit des animaux était dans les roues.
22  Au-dessus des têtes des animaux, il y avait comme un ciel de cristal resplendissant, qui s’étendait sur leurs têtes dans le haut.
23  Sous ce ciel, leurs ailes étaient droites l’une contre l’autre, et ils en avaient chacun deux qui les couvraient, chacun deux qui couvraient leurs corps.
24  J’entendis le bruit de leurs ailes, quand ils marchaient, pareil au bruit de grosses eaux, ou à la voix du Tout-Puissant ; c’était un bruit tumultueux, comme celui d’une armée ; quand ils s’arrêtaient, ils laissaient tomber leurs ailes.
25  Et il se faisait un bruit qui partait du ciel étendu sur leurs têtes, lorsqu’ils s’arrêtaient et laissaient tomber leurs ailes.
Nous rappelons que Moïse, a qui l'on attribue le livre de la Genèse, fut prophète et que la parabole est l'expression même de ce ministère. Quand l'écriture dit «Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l’Éternel Dieu avait faits.», il convient de lire que Le chérubin (protecteur aux ailes déployées) était le plus sage de toutes les créatures célestes, que l'Éternel Dieu avait faits.


Conclusion :
Ces fondements bibliques donnés et établis, nous pouvons conclure que le serpent est celui qui est appelé le diable et Satan. Il est une entité céleste angélique du rang des chérubins. Il a péché et est devenu la source même de l'adversité envers Dieu, il est le père du mensonge et le premier meurtrier.
Les deux versets d'Apocalypse 12 et 20 sont une démonstration biblique par eux même de l'identité spirituelle du serpent le nommant Satan et le diable.
Beaucoup de doctrines étrangères nient l'existence du diable en qualité d'entité céleste.
Ces doctrines sont des hérésies, de fausses doctrines de démons qu'il convient de dénoncer comme venant de Satan lui-même.
La question de savoir, si dans le livre de la Genèse nous avons affaire à une possession, une incarnation, un raisonnement rusé en l'homme ne se pose plus, le serpent c'est Satan.

L'image du serpent utilisée dans le livre de la genèse est dans la métaphore, tout comme l'image du grand dragon rouge vu par Jean.
D'autres caractéristiques sont associées à cette entité angélique sous les traits du grand crocodile, de Béhémoth, du serpent (ancien), du Léviathan, du malin, du «prince de ce monde», du «dieu de ce siècle», de Satan, du diable, de l'adversaire, du tentateur, du séducteur. La liste n'est pas exhaustive.

Ces noms sont  donnés pour l'ancien chérubin protecteur, l'un des plus éminent car plein de sagesse, parfait en beauté mais qui suite à son péché a été jugé et est réservé pour le jour du grand jugement de la colère de Dieu. La fin de Satan sera la seconde mort qui est l'étang de feu et de souffre.Apoc.20 (*) 10 Et le diable, qui les séduisait, fut
jeté dans l’étang de feu et de soufre
 

Bien à vous tous !
avatar
Admin
Fondateur

Messages : 64
Date d'inscription : 07/07/2013
Localisation : Martinique

Voir le profil de l'utilisateur http://lerenouveauspirituel.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum